Viol entre conséquences et perceptions sociales

Article : Viol entre conséquences et perceptions sociales
17 novembre 2017

Viol entre conséquences et perceptions sociales

Le viol, un déshonneur pour la victime quelle que soit l’issu du procès ! Dans un pays où l’on s’accroche encore à des valeurs qui tendent à perdre toutes formes de significations et de sens dans les grandes civilisations. La magie d’être le premier homme de la vie d’une femme conserve toujours une importance significative pour plus d’un. Le fait pour une fille de subir la brutalité d’un viol revêt d’une compréhension plutôt particulière. La sanction sociale et morale infligée à la victime, sont beaucoup plutôt dures que celle judiciaire appliquée au coupable.

Malgré des luttes constantes des organismes féminines, le fait de dire qu’elle s’est faite violée en lieu et place qu’elle a été violée montre l’implication pour ne pas dire la responsabilité de la fille dans son malheur. À la suite de l’acte crapuleux tout est scruté à la loupe: la mini-jupe qu’elle portait, sa coiffure, sa démarche, la façon dont elle était assise, tout et tout. Dans le seul objectif de démontrer sa culpabilité. Est-il vrai qu’un homme a le droit de violer une femme parce qu’elle portait des habits moulants, qu’elle s’était maquillée, qu’elle s’était assise et le V entre ses jambes sautait aux yeux ? À coup sûr vous allez dire Non, ô ce serait insensé de raisonner ainsi!

Mais la volonté de ne pas insérer les nouvelles technologies dans l’administration de la preuve (les outils de démonstration de la véracité des faits) devant les tribunaux rend toute tentative de punir les vrais coupables impossible. À chaque fois qu’un juge décide de condamner une personne pour viol, le doute qui entoure sa décision crée plus de polémique au sein de la basoche que la réparation d’un fait répréhensible qui a été commis. Avec ce sentiment d’insécurité généralisée sur la mission de la justice : donner à chacun ce qui lui est dût. Nul n’est à l’abri d’une condamnation injuste pour un pseudo viol !

En outre, les assistances psychologiques indispensables à la réinsertion de la victime dans la société sont encore au stade embryonnaire. Ces difficultés quant à la punition du vrai coupable du viol et d’un manque d’appui psychologique contraignent la grande majorité des potentielles victimes à refouler la douleur, la brutalité, la bestialité et le sentiment deshumanisant du viol.

Si les plus braves vont jusqu’au procès malgré l’étiquette d’allumeuse qu’elle aura à la fin,  la peur d’être obligée de laisser sa ville natale pour aller se reconstruire ailleurs paralyse bon nombres de victime de viol. Le silence devient la règle !

En outre, les assistances psychologiques indispensables à la réinsertion de la victime dans la société sont encore au stade embryonnaire. Ces difficultés quant à la punition du vrai coupable du viol et d’un manque d’appui psychologique contraignent la grande majorité des potentielles victimes à refouler la douleur, la brutalité, la bestialité et le sentiment déshumanisant du viol.

Si les plus braves vont jusqu’au procès malgré l’étiquette d’allumeuse qu’elle aura à la fin, la peur d’être obligée de laisser sa ville natale pour aller se reconstruire ailleurs paralyse bons nombres de victime de viol. Le silence devient la règle!

Partagez

Commentaires

Al Heid Ahmab
Répondre

Très bien écrit . La prochaine fois évite les détails .