L’Énergie au banc des accusés

Article : L’Énergie au banc des accusés
14 août 2016

L’Énergie au banc des accusés

Nous sommes en train d’assister à une véritable remise en question de la production et de la gestion de l’Énergie au niveau mondial. Les fervents défenseurs de l’environnement opposent les limites de l’utilisation de quelques types d’énergies aux couts environnementaux qu’ils engendrent, notamment le pétrole. Je me souviens encore de cette déclaration Jacques Chirac président de la France de l’époque : « nous devons apprendre à nous passer progressivement de pétrole. Haïti en raison de ses faibles moyens technologiques et économiques s’est tourné vers les produits pétroliers pour électrifier les ménages, les rues et les usines. La ville des Cayes troisième ville d’Haïti s’est confrontée depuis pas mal de temps à des problèmes de courant électriques récurant. Cela peut arriver qu’on a des coupures d’électricité jusqu’à une semaine voire plus. Cette situation interpelle tous les secteurs de la ville et sur le leadership du conseil d’administration communale une grande assise s’est organisée autour de cette problématique. Des représentants de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), du secteur économique et de l’Électricité D’Haïti (EDH) ont dans un premier temps fait un diagnostic de la situation présentant les faits suivants :

  • L’État haïtien contribue à hauteur de 250.000000 dollars au financement de l’EDH
  • Plus de la moitié de la population qui bénéficie du courant électrique ne paie pas
  • La compagnie électrique de l’État (EDH) ne produit pas de l’électricité, elle commercialise celle produit par compagnies privées, l’État achète le kilowatts/heure 16.50 gourdes (le monnaie local) et le revend a 8.50 gourdes soit un déficit de près de 50% et le pouvoir central subventionne l’EDH en vue de pallier à cette perte.

A la lumière de ces évidences la population s’attendait à ce qu’il y ait des propositions de solutions durables l’utilisation des énergies naturelles telles que : éolienne, solaire ou hydraulique dans la production du courant électrique. Les faits se sont ensuite succédés à un point tel que le faux se mêle du vrai, le scientifique du l’empirique et fait place à un lavage de cerveau fait par des intervenants voulant faire croire que les énergies naturelles ne peuvent pas à elles seules fournir la quantité d’électricité nécessaire à la population de la commune des Cayes. Dans toute société les intérêts de l’un divergent de ceux de l’autre mais je comprends fort mal cette obsession de l’élite économique d’être des partisans de l’électricité produit à base de diesel qui ruine l’État et qui favorise la privation de l’électricité à plus de la moitié de la population Cayenne. Et j’ai encore plus de mal à croire que les avantages qu’ils bénéficient de leurs compagnies privées leurs obstruent la vue a un point tel que les intérêts de la collectivité soient relégués au second rang.

 

Partagez

Commentaires

Lucille Jarrisa
Répondre

Bon article, il pense également que nous devrions plus nous tourner vers des solutions d'énergies durables, comme avec les panneaux photovoltaïques qui ont un impact moindre sur la cosommation d'énergie fossiles. Bien sûr cela coûte cher, et bien sûr cela demande du temps et du matériel, mais c'est comme cela que ça ira mieux sur du long terme pour l'approvisionnement global en énergie. Je propose des conseils pour mieux consommer sur mon site si vous souhaitez adopter de nouveaux comportements plus responsables envers la planète.
Affaire à suivre donc.