Résultats partiels de la présidentielle, plus qu’une surprise

Article : Résultats partiels de la présidentielle, plus qu’une surprise
29 novembre 2016

Résultats partiels de la présidentielle, plus qu’une surprise

Et si le scrutin du 25 octobre dénoncé comme une vaste campagne de fraude, n’était qu’en réalité la volonté souveraine des électeurs. 9 jours après la tenue des élections du 20 novembre 2016 le conseil électoral provisoire (CEP) dirigé par Léopold Berlanger a publié les résultats partiels. Après plusieurs heures d’attente dans une atmosphère non sereine le directeur exécutif de l’institution électorale annonce l’arrivée en tête de lice de Jovenel Moïse le protégé de l’ex-président Michel Joseph Martelly avec un score de 55.67%.

L’opposition toujours au second rang

Jude Célestin le candidat de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation d’Haïti (LAPEH) vient en deuxième position avec un total de 19.52% des votes. Le candidat de la plate-forme politique Pitit. Desalin, Jean-Charles Moïse qui a mené une lutte acharnée contre les dérives de l’administration de Michel Martelly complète le podium avec un score 11,41%. Malgré la participation active de l’ancien président Jean Bertrand Aristide dans la campagne électorale de la candidate de son parti Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse s’est finalement contente de la quatrième place avec 8.99% des votes.

Et les 23 autres candidats partagent les votes restants. La période de contestation débutera le 3 décembre et le 29 décembre est retenu pour la publication des résultats définitifs. Dans ce laps de temps la montée d’adrénaline chez la population va se faire sentir à nouveau.

Le verdict des urnes garde une certaine constance

Cependant, il est à noter que les résultats de l’élection présidentielle du 25 octobre 2015 annulée pour fraudes massives sont quasiment identiques avec ceux du 20 novembre 2016 à l’exception de Jovenel Moïse qui est élu dès le premier tour selon ces résultats préliminaires.

 

Il y a lieu de mettre en doute la bonne foi des acteurs politiques locaux qui étaient les premiers à demander de jeter dans les poubelles de l’histoire des élections qui coûtaient 100 millions de dollars US à l’État haïtien, qui ont été grandement financées par la communauté internationale.

 

 

 

Partagez

Commentaires